Glossaire

À perpétuité : une sentence de prison à perpétuité (ou prison à vie) est une sanction pénale pour les crimes les plus graves, qui consiste théoriquement en l’incarcération d’un criminel jusqu’à sa mort.
Source : Wikipédia

Architecture néoclassique : style architectural de la seconde moitié du 18e siècle au début du 19e siècle ; caractérisé par l’utilisation d’éléments gréco-romains : colonnes, fronton, proportions harmonieuses, portique.
Source : Wikipedia

Caritative : qui a pour but de porter secours aux plus défavorisés.
Source : Petit Robert

Coercitif : qui a le pouvoir de contraindre quelqu’un à se soumettre à la loi.
Source : Petit Robert

Counseling : forme d'intervention psychologique et sociale qui a pour but d'aider quelqu'un à surmonter les difficultés d'adaptation ou d'ordre psychologique qui l'empêchent de fonctionner adéquatement dans une situation donnée.
Source : Grand dictionnaire terminologique

Détenu : à l’inverse du prévenu, qui attend son jugement, le détenu a été condamné à purger une peine d’emprisonnement.

École d’industrie : Le gouvernement fédéral crée en 1869 des écoles d’industrie, destinées à prévenir la délinquance juvénile. On y recueille les enfants de moins de 14 ans qui ont besoin de protection parce qu’ils sont abandonnés, errants, sans moyens de subsistance ou dont le père est en prison; ou encore des enfants jugés réfractaires ou incontrôlables. Ces établissements doivent instruire et élever les jeunes qui y sont placés.
Source : L'évolution de la protection de l'enfance au Québec : des origines à nos jours / sous la direction de Renée Joyal, Sainte-Foy : Presses de l'Université du Québec, 2000.

École de réforme : En 1869, le gouvernement fédéral crée les écoles de réforme. Ces institutions sont destinées à redresser les jeunes délinquants. On y détient les enfants de plus de 7 ans et de moins de 16 ans déclarés coupables d’une infraction pouvant donner lieu à une peine d’emprisonnement; par la suite, les jeunes qu’on juge « incorrigibles » et les jeunes délinquants en attente de leur procès seront aussi détenus dans les écoles de réforme.
Source : La gestion de la déviance des filles et les institutions du Bon Pasteur à Montréal (1869-1912). Thèse présentée par Véronique Strimelle à la Faculté des Études supérieures en vue de l’obtention du grade de Philosophiae Doctor (PH-D), Université de Montréal, École de criminologie, 1998.

Étoupe : sous-produit fibreux non tissé issu essentiellement du travail du chanvre ou du lin, utilisé notamment pour rendre étanches les joints de bateau.
Source : Wikipédia

Faux monnayage : fabrication de fausse monnaie.
Source : Petit Robert

Fronton : ornement d'architecture, généralement triangulaire, que l’on trouve sur la partie haute d'un édifice, au-dessus d’une entrée, d’une fenêtre.
Source : Wikipédia

Lèse-majesté : atteinte à la majesté du souverain, attentat commis contre sa personne, son pouvoir, l’intérêt de l’État.
Source : Petit Robert

Libération conditionnelle : mise en liberté sous condition d’un délinquant. Au Canada, la plupart des délinquants détenus dans les pénitenciers fédéraux ne purgent qu'une partie de leur peine en prison. Ils purgent l'autre partie dans la collectivité ; ils sont alors soumis à certaines conditions et surveillés par le personnel professionnel du Service correctionnel canadien.
Source : Service correctionnel du Canada

Palladien (ne) : relatif à l’architecte italien Andrea Palladio. Le palladianisme privilégie les formes géométriques et cherche à créer une harmonie des volumes. Il reprend des éléments de l'architecture romaine : portiques, coupoles, galeries de colonnes. C’est un style sans grande fantaisie.
Source : Wikipedia

Patriotes : nom donné à partir de 1827 au Parti canadien et au mouvement populaire qui aboutit aux rébellions de 1837 et de 1838 au Bas Canada. Ce parti trouve un large appui chez les agriculteurs, les journaliers et les artisans. Principalement francophone, il comprend une minorité d'anglophones. Parmi les leaders les plus célèbres, on distingue Louis-Joseph Papineau, Jean-Olivier Chénier et Wolfred Nelson.
Source : L’Encyclopédie canadienne

Pénitencier : établissement où se subit une peine de réclusion, où l’on « fait pénitence ». Dans le système carcéral canadien, depuis 1867, les pénitenciers sont des établissements fédéraux qui accueillent les détenus purgeant des peines de deux ans et plus.
Source : Service correctionnel du Canada

Pilori : poteau ou pilier à plateforme sur laquelle on attachait le condamné à l’exposition publique.
Source : Petit Robert

Prévenu : personne à qui est imputée une infraction pénale et qui fait l'objet de poursuites. Jusqu'au jugement, le prévenu est présumé innocent.
Source : Grand dictionnaire terminologique

Rapport Archambault : commission royale, nommée en l'honneur du juge Joseph Archambault qui la préside, qui publie en 1938 un rapport substantiel analysant les différents aspects du système carcéral canadien. Le rapport dénonce les mauvais traitements dont sont victimes les détenus, constate que le taux de récidive est très élevé chez les détenus et propose une série de mesures visant à réduire le nombre de récidivistes en favorisant leur réhabilitation. Le rapport recommande également la création d’une commission carcérale pour superviser la gestion des pénitenciers.
Source : Service correctionnel du Canada

Recel : action de recevoir et de conserver des choses obtenues par autrui au moyen d’un délit ou d’un crime.
Source : Petit Robert

Rotonde : édifice circulaire.
Source : Petit Robert

Sédition : révolte concertée contre l’autorité publique.
Source : Petit Robert

Vareuse : veste de certains uniformes.
Source : Petit Robert